Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mission divine d'Écône

La mission divine d'Écône

L'enseignement patristique des six âges du monde et la fin des temps.


Des prêtres forts en théologie? (2)

Publié par Simon ANDRE sur 10 Juillet 2017, 08:32am

Suite de l'article précédent

Le problème fondamental des prêtres traditionalistes est d'avoir appliqué leur perception de la réalité à la théologie au lieu d'appliquer la théologie à la réalité; je m'explique:

1/ ils ont créé de toutes pièces une théologie farfelue et inédite pour tenter d'expliquer à leur manière une situation mystérieuse et inédite: la crise apocalyptique de l'Eglise

2/ les camps lefebvriste et sédévacantiste se sont chacun attaqués à une vérité différente de théologie dogmatique parmi deux qui leur paraissaient impossibles à soutenir ensemble: l'indéfectibilité de la foi du Pape et la permanence de la succession de St Pierre; car la FSSPX affirme que le Pape peut être suspect d'hérésie, et les sédévacantistes affirment que l'Église peut être à la fois privée d'un Pape et privée de toute tentative d'élection

3/ la seule solution permettant de soutenir ensemble les deux vérités de théologie dogmatique que je viens de citer est de reconnaître la survie de Paul VI, car alors, il n'y a plus de "Pape coupable de communicatio in sacris avec des non-catholiques" (chose impossible) et plus "d'absence de Pape et de tentative d'en établir un pendant des dizaines d'années" (chose impossible)

4/ la théologie dogmatique enseigne par ailleurs que l'acceptation pacifique du Pape par l'Église Universelle donne la certitude définitive et infaillible de l'élection valide du Pape (voir le cardinal Journet, livre "l'Eglise du Verbe Incarné", la hiérarchie apostolique); or, Paul VI est le dernier Pape accepté par l'Eglise Universelle (la séparation avec Rome a commencé avec la réforme liturgique de Bugnini), d'où le fait que sa survie et son retour soient des certitudes de foi fondées sur le dogme catholique (le retour de Paul VI est nécessaire à la continuité de l'Église, donc à l'accomplissement des promesses du Christ). Si Paul VI avait été exilé par la puissance temporelle sans espoir de le libérer, on aurait pu et dû élire un nouveau Pape, car dans ce cas très particulier, on considère que le Pape a renoncé à sa fonction du fait de l'impossibilité de l'exercer. Cela s'est déjà produit au cours de l'histoire. Mais en l'occurrence, Dieu a informé le monde entier (par les exorcismes suisses) du fait que Paul VI a été libéré miraculeusement du Vatican en 1981 et qu'il reviendra en temps voulu; on ne peut donc pas élire de Pape tant qu'il est vivant, car il est en liberté.

Les prêtres traditionalistes ont accusé ceux qui croient à la survie de Paul VI d'être de doux rêveurs, mais ce sont eux qui ont un comportement irrationnel et n'ont pas de rigueur théologique:

1/ ils ne croient pas aux exorcismes suisses, en dépit du fait qu'ils se sont déroulés selon les règles du Rituale Romanum, qui prescrit d'interroger les démons (j'en ai déjà parlé et j'ai cité les points 14 et 15 du rituel d'exorcisme); si le rituel prescrit de les interroger, c'est bien parce qu'il est possible de leur faire avouer la vérité! Répéter que les démons mentent n'a donc aucun sens, et c'est un argument digne d'un petit enfant qui vient à peine d'acquérir la raison et de commencer à apprendre la doctrine catholique; les adultes, eux, sont capables de lire le Rituale Romanum et de savoir qu'un démon peut être forcé à confesser la vérité. Le fait qu'un démon puisse être forcé à confesser la vérité est incontestable, car c'est une conclusion qu'on tire du Rituale Romanum, livre liturgique officiel de l'Eglise (donc couvert par l'Infaillibilité Pontificale)

2/ ils sont accablés par d'interminables dissensions internes qui témoignent de leurs égarements et font d'eux un objet de dérision pour les païens, qui disent: "regardez, ces intégristes ne sont même pas d'accord entre eux et sont comme de petites sectes"

3/ ils soutiennent des théories théologiques complètement fausses, comme le guérardisme, ou encore la négation de l'infaillibilité des canonisations. Mais si les canonisations étaient faillibles, l'Église enseignerait une morale douteuse... Et concernant le sédévacantisme guérardien comme complet, il suffit de répondre "Papa dubius, Papa nullus" (un Pape douteux n'est nullement Pape); le sédévacantisme sous toutes ses formes contredit donc la succession perpétuelle de St Pierre.

4/ ils enseignent une erreur de morale laxiste (usage du mariage) et d'autres erreurs du Père Barbara (déjà dit dans l'article précédent)

Des prêtres forts en théologie? (2)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents