Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mission divine d'Écône

La mission divine d'Écône

L'enseignement patristique des six âges du monde et la fin des temps.


Théologie du Rev. Charles René Billuart

Publié par Simon ANDRE sur 27 Juin 2017, 06:50am

Laurent Morlier et d'autres personnes nous accusent d'hérésie, mais ce comportement est très grave, car c'est imputer des hérésies aux Saints Docteurs et aux meilleurs théologiens. C'est insulter St Augustin, Saint Ambroise, Saint Césaire d'Arles, St Jérôme, St Thomas, St Fulgence, St Grégoire le Grand, le Maître des Sentences, St Finien de Clonard, St Bède, etc. Je les ai cités dans mon livre, et aller contre leur enseignement, c'est aller contre le seul enseignement que les catholiques doivent admettre, car les Papes ne les ont jamais contredis, et d'ailleurs, St Grégoire le Grand était Pape!

Les catholiques qui nous accusent d'hérésie finiront dans l'apostasie et la damnation éternelle s'ils ne se repentent pas, car, ils accusent en fait les Docteurs de l'Eglise d'hérésie, les méprisent et les insultent. En effet, je ne fais que les citer.
https://gloria.tv/text/DxMxN4swoc2V6PY4dyTeLBHm7

Un opposant a même osé dire de St Augustin qu'il était tombé dans l'excès inverse à ses péchés passés; mais c'est oublier qu'il jouit d'une très grande autorité dans l'Eglise (voir denzinger n°237) et que jamais aucun Pape n'est venu le contredire en matière de morale naturelle! Comment verrait-on un Pape réfuter l'enseignement unanime des Docteurs de l'Eglise? Nos opposants sont dans une profonde malhonnêteté et une grande idiotie, pour faire de telles suppositions!

J'ai traduit du latin au français un extrait de la théologie morale du Rev. Charles René Billuart.

CITATION DE LA THEOLOGIE MORALE DE BILLUART (1758)

L'acte conjugal peut-il être excusé de péché sans les biens du mariage, soit en étant exercé pour la seule volupté, soit pour se préserver de la fornication?

Affirmation 1. L'acte conjugal ne peut pas être excusé sans les biens du mariage. Car en rejetant la cause, on enlève l'effet qui en dépend. Or, ce sont les biens du mariage qui causent l'honnêteté de l'acte conjugal, comme nous l'avons dit. Autrement, sans eux, il n'est pas excusé. De plus, l'acte conjugal ne diffère de la fornication que par les biens déjà mentionnés.

On en déduit que les époux peuvent s'unir sans péché selon deux moyens seulement: la procréation des enfants, qui est le premier bien, et la reddition du devoir, qui appartient au bien de la fidélité. Le bien du sacrement appartient plutôt au mariage en lui-même qu'à son usage (Note de Simon: le théologien veut dire que l'acte conjugal n'est pas essentiel au sacrement et ne suffit donc pas à légitimer l'acte conjugal; voir St Thomas), qui ne peut être légitimement désiré, et ainsi être méritoire, comme nous l'avons dit, qu'à la condition de vouloir le bien de la procréation. Mais tout le monde n'en convient pas, et il faut opérer des distinctions.

Affirmation 2. L'acte conjugal accompli pour la seule volupté ou pour éviter de tomber soi-même dans la fornication est un péché véniel.

Parce que, comme nous l'avons dit précédemment, même si les deux choses, à savoir le bien de la fidélité et le bien du sacrement, sont présents, il manque le bien de la procréation, ou du moins il n'est pas désiré. Ainsi:

Preuve de la première partie (cas de la seule volupté): 1/ la condamnation de la proposition suivante par Innocent XI: "2109. 9.- L'acte du mariage accompli seulement pour le plaisir est dénué de toute faute vénielle."

2/ il est pervers d'ordonner à la délectation l'opération à laquelle la délectation est naturellement ordonnée: car la nature ordonne la délectation à l'opération, et non l'opération à la délectation, et cela tout le monde le concède:

Donc.

Confirmation. Agir pour la délectation sensible est le propre de la brute, et pas de l'homme, car agir toujours en homme, suivant la raison, c'est désirer des biens honnêtes et conformes à la raison, comme nous l'avons amplement prouvé. Dissert. 6 Act. human art. 6. confer.

Preuve de la seconde partie, qui est plus difficile. 1/ St Paul dit en 1 Co 7: "Ne refusez pas d'être l'un à l'autre, si ce n'est d'un commun accord, et pour un temps, afin de vaquer à la prière; et ensuite revenez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. Je dis cela par indulgence; je n'en fais pas un ordre." L'indulgence, c'est-à-dire le pardon, suppose la faute, comme le dit St Augustin, Enchiridion. c. 78 "Qui peut nier que ce soit un péché, ce que l'autorité apostolique accorde sous forme de pardon?"

2/ Saint Augustin : « Garder la continence, c’est l’état le plus parfait ; rendre le devoir conjugal est une chose permise ; l’exiger en dehors des nécessités de la génération, c’est un péché véniel. » Saint Fulgence, Epître 1 du devoir conjugal, chapitre 4: "ils commettent une faute... ceux qui se marient, non pour la seule procréation, mais pour s'unir à leur femme par fragilité charnelle." St Grégoire le Grand, livre 32, morale, chapitre 17: "donc seuls les conjoints qui s'unissent pour la procréation sont exempts de faute": en demandant le devoir conjugal. St Thomas d'Aquin: "Restent donc deux raisons pour lesquelles les époux peuvent accomplir l’œuvre de chair: avoir des enfants ou rendre le devoir conjugal. Les époux qui agiront autrement commettront un péché, au moins un péché véniel." et "Rendre le devoir conjugal pour préserver le conjoint de la fornication n’est pas un péché, car c’est s’acquitter du devoir conjugal. Mais l’accomplir pour ne pas s’exposer soi-même à la fornication, c’est faire une chose superflue et commettre un péché véniel. Le mariage n’a été institué pour ce but que par indulgence, et l’indulgence suppose l’existence des péchés véniels."

FIN DE CITATION

Je ne vais pas tout traduire pour le moment; ce serait trop long.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents