Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mission divine d'Écône

La mission divine d'Écône

L'enseignement patristique des six âges du monde et la fin des temps.


Graves dérives chez les "tradis"

Publié par Simon ANDRE sur 8 Juin 2017, 08:28am

Hier, j'étais dans un forum catholique traditionaliste, et je voyais des hommes légitimer des pratiques désordonnées dans le mariage en disant "tout est permis tant que dans son accomplissement final le rapport est ouvert à la vie" (même des théologiens ont dit cela).

Ils rigolaient même d'une blague obscène et sacrilège...

Tout cela est largement favorisé par l'enseignement beaucoup trop laxiste des prêtres, qui déforment totalement ce qui est écrit dans la Bible et ignorent les commentaires des saints docteurs. A titre d'exemple, dans la Bible de Jérusalem, les commentateurs (des dominicains) écrivent à propos de ce verset: "Ne refusez pas d'être l'un à l'autre, si ce n'est d'un commun accord, et pour un temps, afin de vaquer à la prière; et ensuite revenez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence" (1 Co 7:5) qu'il s'agit d'une "invitation à user du mariage". Or, il est évident que cela est faux, car il n'est pas écrit "donnez-vous régulièrement l'un à l'autre", mais "ne refusez pas d'être l'un à l'autre". Autrement dit, il s'agit d'un verset commandant de rendre le devoir conjugal, et non pas de le demander.

Saint Augustin écrit dans son traité "Le Bien du Mariage": "Il n'y a de permises et de vraiment matrimoniales que les relations nécessaires pour procurer la génération".

Avec l'inversion théologique que je viens de décrire, on passe d'une vision juste de la sexualité, où elle n'est bonne que pour procréer, à une vision fausse, où elle est perçue comme une très bonne chose pour l'épanouissement du couple, ce qui a toujours été contredit par les saints docteurs. Et à partir du moment où l'on pense qu'elle est bonne pour l'épanouissement, on se met progressivement à justifier des pratiques hindoues, pour parler pudiquement...

Graves dérives chez les "tradis"

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents