Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mission divine d'Écône

La mission divine d'Écône

L'enseignement patristique des six âges du monde et la fin des temps.


Contre Flavien, Bastien, et celui qui se fait appeler "Paul VI" (!!!)

Publié par Simon ANDRE sur 19 Avril 2017, 12:51pm

Des personnes ont commenté mes articles sur la sexualité pour s'opposer à ce que j'ai écrit.

Je leur ai déjà répondu dans l'article publié hier:

http://mission-divine-econe.over-blog.com/2017/04/commentaires-non-publies.html

Ces personnes prétendent que le mot "permis" n'est jamais employé au sujet d'un péché véniel; or, St Thomas enseigne exactement le contraire:

"D’abord, l’on peut prendre ici condescendance pour permission ; or il y a deux sortes de permission : l’une d’un moindre mal, comme il est dit en saint Matthieu (XIX, 8), que "Moïse a permis aux Juifs de donner le libelle de répudiation à cause de la dureté de leurs cœurs," c’est-à-dire pour prévenir le meurtre de l’épouse, qu’ils étaient portés à commettre. Mais cette permission n’est plus donnée dans le Nouveau Testament, à cause de sa perfection, selon cette parole (Hébr., VI, 4) : "Elevons-nous à ce qu’il y a de plus parfait." La seconde espèce de permission est d’un moindre bien, c’est-à-dire dans les circonstances où l’homme n’est pas obligé par un précepte à un bien plus parfait. C’est dans ce sens que l’Apôtre use ici d’indulgence, c’est-à-dire permet le mariage, qui est un moindre bien que la virginité, celle-ci, qui est un bien plus grand, n’étant pas de précepte. On peut encore envisager l’indulgence en tant qu’elle se rapporte à une faute, selon cette parole d’Isaïe (XXVI, 15) : "Vous avez été indulgent, Seigneur, indulgent pour votre peuple !" Dans ce sens, l’indulgence s’applique au devoir conjugal, en tant qu’

IL PORTE AVEC LUI UNE FAUTE VENIELLE, en raison des biens attachés au mariage, sans lesquels elle serait mortelle."

St Thomas dit que le devoir conjugal porte avec lui un péché véniel, comme Innocent XI, comme les saints docteurs, et comme les bons théologiens.

Ensuite, le dénommé "Paul VI" (quelle imbécilité d'usurper le nom de ce saint Pape!) m'a dit qu'il serait inconcevable que l'Église bénisse les mariages alors qu'ils apportent selon moi de multiples occasions quotidiennes de péché véniel.

A cela, je répondrai que Soeur de la Nativité comparait le mariage à un torrent où une infinité de catholiques se damnent à cause du mauvais enseignement de nombreux prêtres (au dix-huitième siècle, ça allait déjà très mal) et de leur comportement très grossier dans le mariage. Le mariage devient effectivement un poison mortel quand on y entre dans un mauvais esprit; mais cela n'est pas de la faute du mariage. Ce sont les époux qui transforment le mariage en abonnement à la luxure... A l'inverse, les époux vertueux, même des païens, font lit séparé après la conception.

Au sujet des époux qui usent du mariage au-delà de ce qui est nécessaire à la procréation, St Augustin n'a pas hésité à parler de "moeurs dépravées" (voir mon livre). Or, St Augustin est un des quelques plus grands docteurs. St Augustin n'accuse pas ces époux de péché mortel, mais il veut faire comprendre à ses lecteurs que leur comportement n'est pas du tout honorable. Comme St Thomas d'Aquin l'enseigne, l'acte conjugal ne diffère pas de nature de la fornication; c'est un acte profondément sale et honteux, qui n'excuse totalement de péché que lorsqu'on le fait servir uniquement à la procréation.

Contre Flavien, Bastien, et celui qui se fait appeler "Paul VI" (!!!)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents