Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mission divine d'Écône

La mission divine d'Écône

L'enseignement patristique des six âges du monde et la fin des temps.


La bulle obligataire

Publié par Simon ANDRE sur 8 Juin 2017, 08:24am

Face à la politique dite "d'assouplissement quantitatif" (version modernisée de la planche à billet) menée par la BCE, vous vous demandez peut-être jusqu'à quand cela peut tenir. Je vous réponds que cela tient jusqu'à la faillite des banques, car cette politique conduit justement les banques à la faillite progressivement en les décapitalisant (à moins qu'ils répercutent sur les épargnants). La pression à la baisse sur les taux d'intérêt prive les banques des ressources qui leur sont nécessaires pour vivre. Cela prouve d'ailleurs que l'intérêt n'est pas systématiquement usurier, loin de là. Mr l'Abbé Laguérie se trompe quand il dit que c'est l'usure qui mènera les banques à la ruine, car c'est l'inverse. Notre économie européenne est peut-être libérale par certains aspects (liberté pour des spéculateurs comme Soros), mais elle est soviétique à bien des égards (falsification totale des prix en bloquant les taux de change avec l'euro et en baissant les taux d'intérêt avec l'assouplissement quantitatif).

Bien sûr, je n'accuse pas du tout Mr l'Abbé de marxisme (il en est peu suspect!), mais ce que je veux dire, c'est qu'il faut comprendre le fonctionnement basique de l'économie quand on est prêtre, car on peut être amené à rencontré des fidèles qui soient banquiers ou travaillent dans la finance, et il ne faut pas alors leur faire abandonner leur métier ou leur donner des scrupules à tort. D'ailleurs, est-ce plus risqué de travailler dans la finance que d'être facteur ou caissier? Les facteurs distribuent régulièrement des publicités impures, qu'on aurait qualifiées de "pornographiques" autrefois, et les caissiers de grandes surfaces encaissent souvent des magazines érotiques... Ce sont des péchés mortels. Dans ces conditions, pourquoi décourager quelqu'un de travailler dans la finance? Il peut toujours choisir la finance d'entreprise ou trouver une place compatible avec la morale catholique.

Comment expliquer les taux d'intérêt?

D'une part, il faut que la banque couvre ses coûts de fonctionnement et d'investissement, et d'autre part, il faut couvrir les risques. La morale catholique (voir encyclique Vix Pervenit) autorise à facturer un taux d'intérêt pour des raisons extrinsèques au prêt... Quand par exemple des épargnants s'attendent à ce que la monnaie perde 2% de sa valeur en moyenne chaque année pendant 20 ans, alors ils savent que leur capital sera déprécié de 40% en 20 ans. Ils sont donc incités à investir eux-mêmes leur argent au présent (par exemple en achetant et en rénovant des logements) plutôt que de le prêter à quelqu'un d'autre. Seul un taux d'intérêt annuel de 2% pourrait alors dans ce cas de figure les inciter à prêter leur argent (et cela ne ferait que compenser l'inflation). La banque prêterait donc l'argent des épargnants à un taux supérieur à 2%, puisqu'elle aurait besoin de couvrir le risque de non-recouvrement et de se financer; le taux d'intérêt total monterait alors peut-être à 3,5% (je ne sais combien exactement). Ce taux serait alors ancré dans la réalité économique, il serait naturel (sauf erreurs d'appréciation sur l'avenir) et n'aurait rien d'illégitime: l'entrepreneur saurait qu'il doit fonder une entreprise produisant plus de 3,5% de bénéfices nets pour être rentable. Cette rentabilité exigée manifesterait la nécessité de faire face à l'inflation. Ce système de taux d'intérêt ancrés dans l'économie réelle protège donc les épargnants contre la ruine. N'est-ce pas important d'assurer une retraite aux vieillards, sans compter l'aide financière qu'ils comptent apporter à leurs enfants ou petits-enfants? En somme, le taux d'intérêt matérialise donc la nécessité d'épargner pour préparer l'avenir et se préserver des risques, il traduit le "prix du temps".

Ne soyons donc ni marxistes en qualifiant cela d'usure ni fanatiques/irréalistes en croyant que l'Eglise Catholique interdit de tels taux d'intérêt!

La bulle obligataire

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents