Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mission divine d'Écône

La mission divine d'Écône

L'enseignement patristique des six âges du monde et la fin des temps.


Les dix cornes et les trois antipapes précurseurs de l'Antéchrist

Publié par Simon ANDRE sur 6 Mai 2014, 14:36pm

J'ai récemment commis une faute, lors de la rédaction de mon article "les erreurs de Michael Dimond et du sédévacantisme", en suivant un commentaire trop littéral stipulant que les dix cornes de la bête seraient probablement dix lieutenants de l'Antéchrist-personne. J'en avais déduit trop rapidement qu'il s'agirait de dix franc-maçons inféodés à l'Antéchrist.
Il existe en réalité une interprétation plus logique et plus spirituelle. L'Apocalypse nous apprend que les dix cornes sont dix rois. Les sept premières cornes correspondent aux sept têtes, qui symbolisent l'ensemble des empereurs romains ayant dirigé les persécutions antichrétiennes des premiers siècles évangéliques (le chiffre 7 est celui de la totalité, comme il est dit dans la Bible de Jérusalem). Les trois dernières cornes, parmi les dix, sont les trois antipapes précurseurs de l'Antéchrist-personne, c'est-à-dire, Wojtyla, Ratzinger et Bergoglio, qui ont ressuscité la bête frappée d'une plaie mortelle (la Rome idolâtre) par leurs enseignements erronés préparant parfaitement le règne de l'Antéchrist-personne. Cependant, ce qui fait toute la difficulté de l'interprétation des dix cornes, c'est qu'elles détruiront la Prostituée (le Vatican apostat). En fait, cela signifie simplement que le dessein des trois antipapes précités a toujours été de détruire l'Église Catholique, car ils appartiennent à la franc-maçonnerie (au Dragon, à Satan), et cette franc-maçonnerie, selon une seconde interprétation non-contradictoire avec la première, est symbolisée par ces dix cornes, car l'esprit des antipapes antéchristiques appartenant à la maçonnerie est le même que celui des empereurs romains.

Chapitre 13 de l’Apocalypse

1. Puis je vis monter de la mer une bête qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème.

Cette bête est la Rome idolâtre ressuscitée par les manigances du Vatican devenu apostat sous l’influence de la franc-maçonnerie, que Dieu a laissée s’infiltrer dans l’Église catholique en punition de la corruption des mauvais catholiques, si nombreux au vingtième siècle, qui ont finalement eux-mêmes demandé à être dirigés par des franc-maçons en prenant leur esprit réprouvé. A l’époque de Marie-Julie Jahenny déjà, Notre Seigneur Jésus-Christ se désolait de voir que « Même dans les âmes chrétiennes, la charité diminue, aujourd’hui, les parents en grand nombre élèvent l’âme et le corps de leurs enfants pour les supplices éternels. » (Révélation du 19 juillet 1906)

Comme il est dit au chapitre 17, ces sept têtes sont sept collines sur lesquelles la Prostituée est assise. Le Vatican moderniste est assis sur Rome, la ville aux sept collines. Il est dit également que ces sept têtes sont aussi sept rois. Le chiffre 7 symbolise la totalité, et désigne ainsi l’ensemble des empereurs romains qui ont dirigé les persécutions antichrétiennes dans les premiers siècles évangéliques (les premiers siècles du temps de la grâce et du Christ). Les dix cornes ont un sens assez énigmatique, qui admet vraisemblablement deux interprétations non-contradictoires. Selon la première interprétation, les sept premières cornes parmi les dix désignent l'ensemble des empereurs romains ayant persécuté les chrétiens lors des premiers siècles évangéliques. Quant aux trois dernières cornes, il s'agit des trois antipapes précurseurs de l'Antéchrist-personne (Wojtyla, Ratzinger et Bergoglio) ayant restauré l'idolâtrie romaine. Selon la seconde interprétation, il s'agit de la franc-maçonnerie, dont les trois antipapes faisaient partie, et qui continuera à règner après le dépouillement de la Prostituée, que la franc-maçonnerie haïssait en secret sous le règne du Vatican moderniste, car, comme les exorcismes suisses l'ont expliqué, Jean-Paul II souhaitait détruire l'Église catholique. Or, même l'église moderniste garde encore trop de catholicisme pour plaire à la franc-maçonnerie et à l'Antéchrist-personne. Comme nous le constatons en lisant les versets 16 et 17 du chapitre 17, la franc-maçonnerie décidera donc d'accélérer les choses en anéantissant la Prostituée pour donner la royauté à l'Antéchrist-personne. Elle haïra alors beaucoup plus ouvertement le catholicisme.

2. La bête que je vis ressemblait à un léopard; ses pieds étaient comme ceux d'un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, son trône et une grande autorité.

Le léopard, l’ours et le lion sont trois références aux trois premières bêtes du chapitre 7 de Daniel, qui sont, au sens eschatologique, les trois antipapes précurseurs de l’Antéchrist. Ces animaux symbolisent leur puissance, tant il est vrai qu’ils ont conduit beaucoup d’âmes à la mort spirituelle. Satan, par la franc-maçonnerie, donna sa puissance à ces bêtes féroces, ces effroyables antipapes.

3. Une de ses têtes paraissait blessée à mort; mais sa plaie mortelle fût guérie, et toute la terre, saisie d'admiration, suivit la bête,

4. et l'on adora le dragon, parce qu'il avait donné l'autorité à la bête, et l'on adora la bête, en disant: « Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle? »

Ce verset 4 comporte une référence à Saint Michel, car les hommes mauvais parodient la phrase célèbre de Saint Michel. Ils blasphèment en l’appliquant à la bête au lieu de l'attribuer à Dieu. Comme le nom de Saint Michel désigne dans les Saintes Écritures les passages relatifs à l’énigme de Daniel et Saint Jean relative au retour du Saint Père, il faut ainsi comprendre que les hommes mauvais, faute d’avoir compris que Wojtyla, Ratzinger et Bergoglio sont de faux papes, les suivent et ignorent l’exil du Pape martyr de la fin des temps, le Saint Père Paul VI. Il est écrit en Daniel 7:8 :

Je considérais les cornes, et voici qu'une autre corne, petite, s'éleva au milieu d'elles, et trois des premières cornes furent arrachées par elle; et voici que cette corne avait des yeux comme des yeux d'homme, et une bouche qui disait de grandes choses.

Trois des premières cornes, c’est-à-dire, les trois dernières des dix premières cornes, les trois antipapes précurseurs de l’Antéchrist, seront arrachés de la bête lors du dépouillement de la prostituée (voir chapitre 17), c’est-à-dire, le modernisme sera anéanti, les trois faux papes précurseurs de l’Antéchrist-personne seront comptés pour rien par la Rome idolâtre d’alors, et ceux qui les suivaient se tourneront désormais vers l’Antéchrist-personne s’ils refusent de suivre le Saint Père Paul VI, et, plus tard, son successeur. Si la vision de l’Ancien et du Fils d’homme vient juste après en Daniel, c’est que le retour du Saint Père, comme je l’ai dit si souvent, est une préfiguration du Jugement Dernier, qui détruira le royaume du Vatican moderniste des trois antipapes précurseurs de l’Antéchrist-personne décrits au verset 8 du chapitre 7 de Daniel. Cette destruction est bien entendu spirituelle, car il s'agit de l'anéantissement du modernisme.

5. Et il lui fut donné une bouche proférant des paroles arrogantes et blasphématoires, et il lui fût donné pouvoir d'agir pendant quarante-deux mois.

L’antipapauté a régné durant 42 ans, à compter du discours du 29 juin 1972, jusqu’au 24 juin 2014. Certes, Wojtyla n’était pas encore prétendument pape, mais il exerçait déjà son pouvoir par les loges, de la même façon que l’Antéchrist, comme l’ont dit les exorcismes suisses, agissait déjà bien plus que nous pouvons l’imaginer dans les années 80, alors qu’il n’est pas même encore apparu en personne.

6. Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, son tabernacle et ceux qui habitent dans le ciel.

Les antipapes profèrent des blasphèmes contre Dieu, par tous leurs mauvais écrits (fausses encycliques, livres,…etc.) et leurs discours publiques. Ils blasphèment son nom en prétendant que le nom de Jésus n’est finalement pas le seul par lequel les hommes puissent être sauvés. Ils blasphèment son tabernacle en s’opposant en pratique à la Messe de Saint Pie V et en insultant ceux qui habitent dans le ciel, c’est-à-dire, en traitant de schismatiques les vrais catholiques restés fidèles à Notre Seigneur Jésus-Christ.

7. Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre; et il lui fût donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue et toute nation.

Ce Vatican moderniste a ainsi réussi à étendre son empire dans le monde entier, et a partout persécuté les bons catholiques, figurés par les saints. Ils ont été vaincus, c’est-à-dire, ils ont été chassés des églises consacrées à Dieu (l’exception de Saint Nicolas du Chardonnet est miraculeuse) et obligés de construire les leurs propres. Aux yeux du monde, ils sont perçus comme de faux catholiques, qui n’obéissent pas à Rome, cette ville qui prétend détenir le vrai pape.

8. Et tous les habitants de la terre l'adoreront, ceux dont le nom n'a pas été écrit dans le livre de vie de l'Agneau immolé, dès la fondation du monde.

Les mauvais catholiques suivent les antipapes et participent ainsi à de très graves péchés, qui mènent à la damnation éternelle. Les réprouvés sont ceux dont le nom n’a pas été écrit dans le livre de vie de l’Agneau immolé, dès la fondation du monde, car Notre Seigneur Jésus-Christ, dans sa prescience infinie, a toujours su qui se sauverait et qui se damnerait.

9. Que celui qui a des oreilles entende!

Cet avertissement doit être entendu de tous, car il en va de notre salut éternel.

10. si quelqu'un mène en captivité, il sera mené en captivité; si quelqu'un tue par l'épée, il faut qu'il soit tué par l'épée. C'est ici la patience et la foi des saints.

Justice sera rendue, et ceux qui ont fait le mal recevront le mal pour partage.

11. Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, et qui parlait comme un dragon.

Ce verset signale l’avènement d’une bête qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, c’est-à-dire, d’un homme élevé à la dignité épiscopale (la mitre est une bicorne). Nous le voyons monter de la terre, c’est-à-dire, il est épris des biens terrestres et non des biens célestes. Il s’agit là de la marque des faux docteurs, qui poursuivent des fins intéressées. Ce faux docteur ressemble à l’agneau, c’est-à-dire à Jésus-Christ, qui a institué à la tête de l’Église un Vicaire pour le représenter. Ainsi, les trois bêtes, les antipapes, sont aux yeux du monde de vrais Vicaires du Christ, mais chacun peut s’apercevoir qu’ils n’en sont pas, en réalisant qu’ils parlent comme un dragon.

12. Elle exerçait toute la puissance de la première bête en sa présence, et elle amenait la terre et ses habitants à adorer la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie.

Le Vatican apostat exerce toute la puissance de la Rome idolâtre, et amène la terre et ses habitants à adorer la première bête, c’est-à-dire, amène ceux qui sont épris des biens terrestres à retourner à l’idolâtre de la Rome des premiers temps évangéliques. Ces mauvaises personnes apostasient ainsi en masse la foi catholique pour retourner au paganisme de la Rome d’autrefois.

13. Elle opérait aussi de grands prodiges, jusqu'à faire descendre le feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes,

Les trois antipapes opèrent aussi de grands prodiges, c’est-à-dire que, en plus de conduire les hommes à l’apostasie, ils en trompent beaucoup en ayant les couleurs (apparences trompeuses) de la charité, comme il est signalé par l’expression jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre. Le feu symbolise la charité, qui est un don de Dieu enflammant l’âme d’amour pour Notre Seigneur Jésus-Christ. Chez les antipapes franc-maçons et ceux qui les suivent, il n'y a pas de réelle charité, car les commandements de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ (Apoc 12:17) ne sont pas fidèlement respectés.

14. et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, persuadant les habitants de la terre de dresser une image à la bête qui porte la blessure de l'épée et qui a repris vie.

15. Et il lui fut donné d'animer l'image de ta bête, de façon à la faire parler et à faire tuer tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête.

Cette image peut figurer l’humanisme, qui est la grande doctrine erronée du Vatican apostat, et qui frappe de mort sociale quiconque ne la partage pas, tant cette idéologie est répandue aujourd’hui.

16. Elle fit qu'à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front,

17. et que nul ne pût acheter ou vendre, s’il n'avait pas la marque du nom de la bête ou le nombre de son nom.

18. C'est ici la sagesse! Que celui qui a de l'intelligence compte le nombre de la bête; car c'est un nombre l'homme et ce nombre est six cent soixante-six.

Le nombre 666, comme le disait Saint Irénée, résume l’apostasie de 6000 ans. En effet, le chiffre 6 correspond au jour de la création de l’homme, et chacun des trois temps de l’histoire du monde s’est achevée par une apostasie, d’où les trois 6. L’apostasie a vraiment eu lieu sous le règne du Vatican apostat, et les exorcismes suisses ont même annoncé que le règne de l’Antéchrist-personne serait finalement moins dramatique, car beaucoup de personnes se convertiront et les séductions seront moins pernicieuses à bien des égards. En effet, sous le règne du Vatican apostat, il existe une quantité innombrable de personnes pensant être catholiques mais ne l’étant pas réellement, car elles se laissent séduire par les nouveautés de religion dénoncées par Sœur de la Nativité, et ne se documentent pas sur l’enseignement de papes tels Saint Pie X, Pie IX, Pie XI, et Grégoire XVI, si bien qu’elles ignorent la vraie doctrine catholique. Par manque de zèle à chercher la vérité, elles se laissent asphyxier par toutes les erreurs dont les fausses autorités et le monde les abreuvent.

Les dix cornes et les trois antipapes précurseurs de l'Antéchrist

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents